news-details
Politique

RDC- CENI : vaincre le nouveau collège invisible : énième défi stratégique pour Félix Tshisekedi!



 Au fond d'une impasse sur l'installation du nouveau bureau de la CENI, Félix Tshisekedi assiste à un déploiement d'une toile stratégique de plusieurs acteurs sociaux et politiques manifestement déterminés à faire basculer Félix Tshisekedi dans un dialogue politique pour une énième "chorale des mouches".

Ce collège invisible travaille pour la même cause sans coaliser manifestement leurs efforts pour atteindre leurs objectifs, à savoir : obtenir un dialogue politique pour glisser ensemble et en profiter pour faire porter au Président de la République la responsabilité du Glissement.

La Cenco et l'ECC au cœur du collège invisible

En désaccord total avec les autres confessions religieuses, la Cenco et l'ECC bloquent la désignation du président de la CENI sur base des soupçons non étayés. Le refus de passer au vote est une violation de la charte des confessions religieuses, mais qui vaut la peine. Le Saint Esprit est loin de recoller les morceaux au sein des Confessions religieuses où grouillent de gros enjeux politiques au-delà de s'en vouloir à travers les médias interposés. La Cenco et l'ECC ont mis en difficulté l'assemblée nationale qui doit statuer en tenant compte de leur poids  dans l'opinion publique. Le congolais est hyperonymique et s'en fout des détails, précieux soient-ils. Elles ont joué et sont entrain de gagner.

Deux raisons pour une stratégie du FCC

La famille politique de Joseph Kabila doit vouloir retarder les élections pour deux raisons : les guerres intestinales et l'opinion publique toujours en sa défaveur. On ne peut se permettre d'aller aux élections avec de telles faiblesses. La stratégie : il faut bloquer l'installation du bureau pour rechercher une prétendue inclusivité dont elle s'est toujours moquée ( 2006 avec l'absence de l'UDPS) ou encore en 2018 ( quand il fallait remplacer Jean-Pierre Kalamba).

Lamuka et ses paradoxes légendaires

Du pantin en passant par le dictateur sans oublier la " machine à voter" génératrice de fameux "62%", Lamuka ne cesse d'étonner avec son empire des contradictions.

En démocrates raffinés par des " gros diplômes ronflants", les cadres de Lamuka refusent de faire partie d'un bureau de la CENI issue d'une loi partisane et dont ils n'ont rien dit pendant son élaboration. Une marche est projetée le 15 Septembre prochain contre cette loi sans aussi bien savoir ce qu'ils veulent : retrait de la loi, révision etc. Comment peut-on renvoyer le débat à l'assemblée nationale sur la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI, mais sans en faire écho dans son calendrier,  comique s'appuyant sur les spéculations politiques malencontreuses? Stratégie : faire retarder les choses, tirer profit d'un éventuel glissement et faire porter à Félix Tshisekedi, à lui seul, la responsabilité d'un éventuel glissement.

Sait-on qu'en récusant la loi sur la CENI, dans une procédure outrageusement cavalière et en voulant à tout prix les élections, on voudrait que Corneille Nangaa, sur qui Lamuka dit tout, les organise au nom du principe de continuité...?

Le double jeu de l'Ensemble pour la République

Un autre membre du collège invisible, c'est le mosaïque Ensemble pour la République. Un pied, le gauche dans la majorité, un autre, le droite, dans l'opposition. Le goût de la crise aux résultats bien calculés fait que l'ER refuse lui aussi d'envoyer ses représentants profitant de la ruse de Mboso N'kodia pour en faire une cause politiquement potable. La stratégie est simple : bloquer et attendre le moment opportun pour quitter le navire, car plusieurs dossiers énervent : les poursuites judiciaires contre les notables, présumés criminels, de l'espace Swahiliphone, l' éventuelle candidature commune de l'USN pendant que son leader est " prédestiné" Président de la République à la prochaine élection.

Pourquoi a-t-on fait d'un problème d'une sous-composante, à l'instar des Confessions religieuses, une situation de blocage au sein d'autres composantes ?

Ce collège invisible travaille pour le glissement avec effet immédiat la mort politique de Félix Tshisekedi dans l'opinion publique, les congolais étant généralement génériques dans leurs appréhensions politiques.

Le comble avec les politiciens congolais, c'est qu'ils sont tous doués des coups bas opportunistes au grand désarroi des intérêts stratégiques de la République constamment mis en péril  par la " théâtralisation de la vie publique" sur fond d'un peuple à qui on fait penser tribus et autres aliénations.

Saint Yannick




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
163 384 1350 8744 91612 2