news-details
Culture

RDC : 62ans après, l'histoire des Martyrs de l'indépendance reste dans la mémoire des rd. congolais


La date du 04 janvier 1959, reste à jamais dans la mémoire de chaque rd. congolais digne de ce nom, car c'était ce jour là que la population avait décidée de mettre fin à la colonisation Belges en se sacrifiant, en acceptant la mort pour que les générations futures vivent librement.

C'était le soleil des Indépendances qui se lever en Afrique. Le Ghana a ouvert le bal avec son accession à l'indépendance en 1957, puis va organiser la conférence panafricaine à Accra en 1958, où tous les leaders politiques de l'Afrique se réunissent dont les leaders rd. congolais comme Patrice Lumumba (MNC) et Joseph Kasa-Vubu (ABAKO).

De retour au pays, Patrice Lumumba est le premier à oser organiser un meeting politique à Léopoldville (Kinshasa) avec son parti le Mouvement National du Congo (MNC), le 28 décembre 1958 à l'actuel place des artistes (victoire). Ce meeting avait connu un grand succès. Ce qui pousse Joseph Kasa-Vubu, leader de l'Alliance des Bâtisseurs du Kongo (ABAKO) a programmé son meeting une semaine après, soit le 04 janvier 1959 à 14 H à la place YMCA dans la commune de Kalamu. Un meeting très populaire.

Le jour-j, la population était venue en masse pour écouter Kasa-Vubu et obtenir l'indépendance sur le champ. La foule avait déjà remplie l'espace YMCA et ne s'attendait qu'à une seule chose " l'indépendance ". Pour eux, cette Indépendance devait avoir lieu le même 04 janvier, ils s'attendaient à ce que Kasa-Vubu devienne le ROI du Congo Belge sur le champ. Mais hélas, le meeting de Kasa-Vubu a été annulé le soir du 03 janvier 1959, par le bourgmestre blanc de Léopoldville.

La population était là, entrain d'attendre Joseph Kasa-Vubu et l'ABAKO. Comme la parcelle de Kasa-Vubu n'était pas loin de l'YMCA, il décide d'aller dire à la population que le meeting est annulé et reporté pour le 18 janvier 1959. Accompagné des ces alliés comme Nzeza Nlandu ou Thomas Nkanza, Joseph Kasa-Vubu est accueilli comme le Roi des rd. congolais, car il était ovationné par la population, qui ne s'attendait pas à un message d'annulation du meeting. Kasa-Vubu et l'ABAKO ont commencé à haranguer la foule. Ils leurs expliquent que l'administration belge a annulée le meeting, de ce fait, il est reporté pour le 18 janvier au même endroit. 

Cette annonce, vient énervée la population qui décide alors de mettre à feu Léopoldville, de violer les femmes blanches, de caillasser les véhicules des belges sur les rues de la capitale. L'administration belge ne va pas rester muette, elle envoie des policiers (force publique) pour calmer la tension avec des fusils. La présence de la force publique, énerve encore la population qui décide de se sacrifier car elle ne supporte plus l'humiliation. La tension monte, la population s'en prend aux magasins des blancs, les policiers tirent à bout portant sur les manifestants. Mais celà, ne leur fait pas reculer, ils continuent de détruire.

Une autre foule qui revenait du match entre l'As V.club contre MIKADO, disputé au stade Tata Raphaël décide d'emboîter le pas, car elle venait pour écouter Kasa-Vubu. L'émeute prend de l'ampleur et la force publique continue de tirer sur les manifestants. Les troubles durent 3 jours, soit du 4 au 6 janvier 1959 à Léopoldville.

La légende raconte que pour en finir, il y a eu l'apparition des petits hommes mystérieux. Surnommé " les Chérubins des Noirs ". Ils étaient seulement au nombre de trois. Mais ils étaient capables de renverser des voitures, arracher les chemins de fer et tuer plusieurs hommes blancs et officiers de la force publique avant de faire revenir la paix puis disparaître.

Selon les estimations de la presse de l’époque, c’est environ 35 000 Africains qui se retrouvent impliqués dans ces actes de violence. Après ces émeutes, les leaders politiques dont Kasa-Vubu ont été arrêté par les belges. Une année après, le pays accède à son indépendance et Joseph Kasa-Vubu devient Président de la République.

Depuis ces années, la date du 04 janvier est dédiée à la commémoration de ces dignes fils du pays qui se sont sacrifiés pour l'indépendance de la nouvelle génération. Que les âmes de nos martyrs continuent de reposer en paix sur nos terres.

Joel Wetshi Mopota




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
320 178 320 4847 162158 5