news-details
Sports

RDC -Entre comédie ubuesque et éternel bal des chauves: les états généraux des sports reviennent 14 ans après !



Quatorze ans après, les experts congolais vont encore parler des Sports. Pour la énième fois, ils vont tenter de parler des Sports Congolais dans ce qu'ils ont décidé d'appeler : " États généraux des sports".

En 2008, ils s'étaient regroupés au centre Kimbanguiste, pensant même que le Grand Maître Simon Kimbangu viendrait guérir l'aphantasie qui semble caractériser le mouvement sportif congolais. Des résolutions avaient été sorties de ce palabre. Et comme toujours, l'on pensait désormais décoller, mais sans pourtant le faire.

Trois ans plus tard, en 2011, une loi prenant les résolutions des états généraux des sports pour substrat est promulguée. C'est la loi n'11/023 du 24 Décembre 2011 portant principes fondamentaux relatifs à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives en République Démocratique du Congo. Cette loi passe au peigne fin, selon ses initiateurs, tous les problèmes du mouvement sportif congolais. 

Cette loi était présentée comme la somme des résolutions des états généraux des sports de 2008, des amendements desdites résolutions et de nouvelles idées émises par les députés nationaux. 

Après sa promulgation en Décembre 2011,  cette loi n'a jamais été appliquée par les différents gouvernements qui se sont succédé, même l'assemblée nationale n'en a jamais fait l'une de ses préoccupations.

D'ailleurs sous le règne d' un des ministres qui était pourtant très actif dans l'élaboration de cette loi à l'époque où il était député national, l'on a assisté à un combat  de catch,retransmis en direct sur la Rtnc, où le célèbre et très respecté Edingwe avait "bouffé" les entrailles de son adversaire dans un exhibitionnisme des fétiches pourtant formellement prohibées dans ladite loi.

La politique générale des sports en RDC, comme le souligne bien l'exposé des motifs de cette loi, a été coulée sous forme de loi et toutes les réformes envisagées devaient s'inspirer de ce texte.  Autant l'on n'a jamais compris la politique sportive de Muzito Adolphe, Ponyo Matata, Badibanga Samy,  Tshibala Bruno ou encore Ilunga Sylvestre, autant l'on ne comprend rien sur ce que veut Sama Lukonde. Son ministre des Sports en fonction ne semble pas avoir une feuille de route qu'il applique. Le gouvernement Sama Lukonde, à l'instar d'autres gouvernements, gère ce domaine au gré de vague. Tout ministère correspondant à un besoin social,  et le Sport en étant un, son existence devrait précéder l'essence. 

Que reproche - t-on à la loi du 24 Décembre 2011? La Fecofa dira qu'elle n'est pas incitative en termes de sponsoring comme si elle - même recouvrait la moindre " "crédibilité incitative". 

Le programme d'un gouvernement est fondamentalement holistique et les sports font partie intégrante de l'éducation nationale.  Pourquoi aller réfléchir sur les infrastructures sportives dans un cadre quasi informel alors qu'il y a des ministères des ITPR et de l'économie nationale ? Si les états généraux des sports de 2008 n'ont rien donné, en plus des états généraux de la Presse qui sont en train d'accoucher  d'une souris  naine et puante , quelle garantie a-t-on sur la réussite des états généraux des sports bis qui sont imminents ? 

En trois ou quatre jours, les différentes délégations confectionnées sur base d'un flux de dyades  harmoniques vont festoyer  dans une chorale des mouches en sachant bien qu'elles vont ressasser des théories générales. Le gouvernement congolais doit présenter ses idées sur l'application de la loi sportive en vigueur ou sur des éventuels amendements. Halte à la chorale des mouches !

Saint Yannick




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
345 449 1271 2641 393837 1