news-details
Politique

Nord-Kivu et Ituri : " Explorons ces 7 pistes pour le retour de la paix"( Tribune de Pascal Kitenge)



Depuis plus de 25 ans, la RDC notre pays est éprouvée par les guerres et les violences meurtrières dans sa partie Orientale. Malgré les témoignages et les rapports sur les massacres perpétrés, aucun protagoniste n'a été jugé.

Le 1er Octobre 2010, le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme publie le Rapport Mapping, relatif aux violations les plus significatives des droits de l'homme et du Droit international humanitaire commises entre Mars 1993 et Juin 2003 dans le pays.

L'enquête repertorie 617 incidents parmi les plus graves commis sur l'ensemble du territoire congolais dont la majorité révèlerait de crimes contre l'humanité ou crimes de guerre.

Notre diplomatie n'a jamais forcé la note pour poursuivre tous ces criminels et surtout faire reconnaître le génocide congolais. Notre embrayage politique sera toujours défaillant tant qu'on n'aura pas construit à l'échiquier national et international  un imaginaire collectif sur le génocide congolais qui est un fait vrai et vérifiable.

Notre armée et celle de l'ONU, elles aussi défaillantes

Depuis le mois de Mai 2021,un "État de siège" est en vigueur au Kivu et en Ituri, régions où sévissent des centaines de groupes armés. Pas une semaine ne passe sans qu'une nouvelle tuerie  ne soit recensée dans ces régions frontalières du Rwanda et de l'Ouganda.

Les Fardc appuyées par les casques bleus de la Monusco ne parviennent pas à endiguer le cycle de violences.

Dans ces territoires, les populations civiles vivent avec la peur au ventre de savoir quand et où sera la prochaine attaque. Le nombre de personnes déplacées est à un niveau record:1,7 millions en Ituri et 1,8 millions au Nord-Kivu, ainsi qu'un nombre considérable de personnes plongées dans l'une des crises alimentaires et sanitaires les plus graves au monde.

Facteurs déclencheurs des conflits

1. La croissance démographique exceptionnelle qui accentue la pression foncière et l'exode rural.

2.  La pauvreté et le chômage

3.  L'exclusion politique

4. L'instabilité régionale avec le spectre de guerres civiles ça et là

5.  Mauvaise gestion des rentes et le combat pour la conquête des positions de rentier

6. L'accès facile aux armes sur le marché local ou international.

7. Le fait que chaque tribu ait son groupe armé pour sa sécurité 

Le sujet de la reconstruction congolaise est une invitation à la modestie et au réalisme. Pas davantage les instruments appartenant de l'aide internationale( stabilisation, démocratie, reconstruction) censés faire baisser les tensions dans la région n'engendreront une paix durable que s'ils s'emploient à s'attaquer aux causes sous-jacentes du conflit notamment en neutralisant les divers trafics de ressources naturelles et d'armes.

L'assistance internationale n'aura d'efficacité pour prévenir d'autres tragédies que si elle s'appuie sur les capacités nationales, des communautés, de la société civile, du secteur privé et de l'État.

Nous proposons  sept (7) pistes de solutions pour faire revenir rapidement la paix dans cette partie du pays ensanglantée.

1. Le gouvernement congolais doit via DDRCS dirigé par Monsieur Tommy Tambwe Ushindi, négocier et intégrer certains éléments des groupes armés locaux au sein des Fardc et la PNC selon les critères fixés par les accords.

2.  Dans les zones pacifiées, construire les infrastructures de base( routes, hôpitaux et centre de santé, écoles...) en employant la main d'oeuvre locale.

3.  Faciliter le travail ou l'emploi( création des entreprises) dans ces régions afin de dissuader ou décourager les jeunes à intégrer les potentiels groupes armés.

4.  Eriger en peine de mort avec exécution immédiate toute participation ou toute création d'un mouvement armé.

5.  Exercer une violence sans précédent sur les groupes armés étrangers.

6.  Améliorer les conditions de vie de nos militaires , policiers ainsi que leurs dépendants.

7.  Erection de la peine capitale pour tout officier corrompu ou detourneur des rations et logistique de l'armée ou de la Police et de services de renseignement.

Pascal  Kitenge, acteur de la société civile




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
36 575 3052 3745 234798 4