news-details
Politique

Yangambi, Katumbi et Diongo: du décrottage des ennuis judiciaires à l'opposition face à Félix Tshisekedi



Bénéficiaires d'une grâce présidentielle et d'annulation d'un jugement, Firmin Yangambi , Franck Diongo et Moïse Katumbi ne cessent de prêcher le rejet de Félix Tshisekedi grâce à qui ils sont pourtant en liberté aujourd'hui. 

De l'affaire du recrutement des mercenaires présumés à l'ouverture d'une information judiciaire en RDC après sa brève interpellation à aéroport de Zaventem en possession d'un passeport invalide, Moïse Katumbi était dans le collimateur de la justice et services de sécurité de la RDC pour près de huit (8) dossiers. 

 Jusque-là,  l' ancien gouverneur de l'ex Katanga, lui-même est moins offensif, en dehors d'une sortie médiatique dans laquelle il avait critiqué la justice sous Félix Tshisekedi, avec des insinuations renvoyant à l'époque à la condamnation de Pasteur Ngoy Mulunda et opère à travers ses conseillers et communicateurs qui ont toujours pensé que le pays a reculé sur tous les plans sous Félix Tshisekedi même sur le plan de la Justice. 

Pourtant, c'est sous Félix Tshisekedi que Moïse Katumbi a pu récupérer son passeport,  qu'il a mis fin à son exil, que l'on a vu sa condamnation annulée et les huit (8) dossiers pour lesquels il était dans le collimateur à la fois de la Justice et des services de sécurité disparaître. 

Avocat membre du Conseil de l'ordre du Barreau de Kisangani, bâtonnier du barreau de la Tshopo et président de l'ONG Paix sur Terre, Firmin Yangambi avait été arrêté par l'ANR, le 27 Septembre 2009. Le 3 Mars 2010, il avait été condamné à mort par la Cour Militaire de Kinshasa/ Gombe pour détention illégale d'armes de guerre et tentative d'organisation d'un mouvement insurrectionnel. 

Il a été libéré le 15 Mars 2019  à la suite d'une ordonnance de grâce présidentielle signée par Félix Tshisekedi. 

Depuis sa sortie de prison, il ne cesse de multiplier ses prédications contre son bienfaiteur qu'il faudrait à tout prix rejeter et qui ferait reculer l'Etat de Droit. 

Député national, à l'époque et actuellement Président du Mouvement Lumumbiste Progressiste ( MLP), Franck Diongo avait été arrêté le 19 Décembre 2016, le dernier jour du second et dernier mandat du Président Joseph Kabila. Il avait été condamné le 28 Décembre 2016 à cinq années de prison pour " arrestation arbitraire et détention illégale aggravée" sans possibilité de faire appel à ce jugement. Ce jour-là,    Franck Diongo était très malade, sous perfusion, yeux hangars avec une expression funeste. 

Quelques années après sa libération,  " le héros vivant" s'en prend vigoureusement à son bienfaiteur Félix Tshisekedi qui aurait plombé l'État de droit. Dans toutes ses prédications politiques, il exhorte la population à rejeter le fils d'Étienne Tshisekedi et entend se liguer avec l'ancien Président Joseph Kabila qu'il considérait pourtant comme le mal absolu et sous lequel il avait été arrêté sans le moindre respect de la procédure et de son statut de député national, à l'époque, selon selon ses avocats.

Le Président de la Démocratie Chrétienne, Eugène Diomi Ndongala, autre bénéficiaire de la grâce présidentielle, est jusque-là reconnaissant envers son bienfaiteur Félix Tshisekedi et continue de savourer sa liberté après plusieurs années d'ennuis judiciaires. 

Saint Yannick




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
38 575 3054 3747 234800 2