news-details
Actualités

Goma/mauvaises conditions carcérales à la prison centrale de Munzenze : Me Léopold Bagula interpelle le gouvernement


Les détenus de la prison centrale de Munzenze dans la ville de Goma vivent dans des conditions très précaires à la grande indifférence des autorités tant provinciales que nationales. Situation qui révolte certains défenseurs des Droits de l'homme à l'instar de Me Léopold Magula.

Après sa descente effectuée lundi 19 septembre dernier dans cette prison, cet défenseur des Droits de l'homme a été négativement surpris par ce qu'il a vécu sur olace. Il rapporte que les conditions hygiéniques sont inhumaines au point d'exploser les prisonniers à des maladies diarrhéiques et cutanées qui ont même déjà causé la mort de certains détenus depuis le début de l'année. 

Me Léopold Magula a qualifié d'inhumain ce traitement réservé aux prisonniers qui sont des humains et Congolais. "Ça fait pitié de voir comment ces prisonniers vivent dans des conditions déplorables causant des décès et des maladies graves. Ils manquent même de quoi manger", a-t-il dit amèrement. D'où son appel au gouvernement congolais à prendre ses responsabilités afin de mieux gérer cette situation.

"Il y a plusieurs conditions inhumaines dans cette prison. La loi dit que ces personnes doivent manger trois fois par jours de façon consistant, est-ce que c'est ce qui se fait ? Et donc c'est une interpellation au gouvernement de venir voir comment palier ce genre de situation parce que c'est tellement macabre. Même pour manger, ils ont d'énormes difficultés. Des gens avec des cas des maladies qui manquent des médicaments. La majeure partie des ces gens n'ont pas des visites. Ils sont en train de souffrir. Le gouvernement doit prendre ce problème à bras le corps", a-t-il dit. Et d'insister : "la prison ne doit pas être utilisée comme lieu où on doit jetter les gens. La prison, c'est un lieu de rééducation, pas comme un mouroir. Donc il faudrait que ces gens puissent être dans des conditions dignes".

"Il y a parmi eux des gens qui ont fait des années mais qui n'ont jamais été présentés devant leurs juges naturels. C'est inhumain", a déploré ce défenseur des droits de l'homme. 

Parmi les pistes des solutions, Me Léopold Bagula plaide pour le désengorgement de cet établissement pénitentiaire. "L'Etat doit aussi encore s'investir quant à ce, il y a d'autres qui sont aux arrêts mais leurs dossiers ne sont pas en fixation, mais aussi des gens qui ont été arrêtés pour des faits bénins doivent être libérés. J'en appelle au ministre de la Justice de descendre sur terrain. Il faut désengorger la prison. Lorsque quelqu'un a une grâce présidentielle, il faut le libérer directement," a-t-il indiqué.

Cette prison centrale de Goma, conçue pour une capacité de 150 personnes, héberge actuellement plus de 3000 détenus. D'après nos confrères de Radio Okapi, le fonds de subvention alloué par le gouvernement central pour la prise en charge alimentaire et sanitaire des détenus reste insignifiant et n’arrive pas régulièrement. 

Gloire Balolage depuis Goma




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
18 575 3034 3727 234780 1