news-details
Société

Kinshasa : des démunis continuent d'être "emprisonnés" dans des hôpitaux publics, les fameux " Vingila mvumbi"



L' Etat est toujours aphone et inefficace face à l'esclavagisme qui ne dit pas son nom  dans les hôpitaux publics et privés. 

Les factures exagérées des hôpitaux même publics font cohabiter les malades et les personnes virtuellement saines dans les mêmes chambres. 

De l'Hôpital Général de Référence de Kinshasa, ex Mama Yemo en pleine réfection jusqu'à l'ex Sanatorium à Selembao en passant par l'hôpital pédiatrique Kalembe Lembe, des gens restent emprisonnés pour manque de moyens d'honorer leurs factures. 

Que cela arrive dans des hôpitaux privés,  l'extravagance est relativement acceptable, mais foncièrement inacceptable dans les hôpitaux publics où tous les actes sont achetables comme si l'Etat faisait le  Commerce en cette matière. 

L'hôpital ne réserve que le lit et les soins, simples ou intensifs soient - ils sont administrés au gré, non pas de la gravité de la maladie, mais de l'argent.

La situation avait été bien résumée par la star de la chanson Jean-Jacques Nkibindia universellement connu sous le nom de Karmapa dans sa chanson intitulée " Mama Yemo". Ces établissements publics qu'il appelle des " Vingila mvumbi (= attendez seulement la dépouille, en Kikongo ) en font un peu trop et profitent du manque de politique de couverture sanitaire pour transformer leurs hôpitaux en "centres de détention provisoire et commerciaux". 

A la veille des élections, les fameux " papa Social" vont sortir de leurs tanières pour aller libérer des gens en détention provisoire dans les hôpitaux publics pour manque des moyens.

A Kalembe Lembe, la construction avait même été modifiée depuis quelques années pour empêcher les "sains - malades" qui s'évadent. Plus de vingt ans que cette situation perdure et les pouvoirs publics observent sans le moindre remède à défaut d'une solution définitive.

Que gagne finalement et réellement l'Etat dans ses hôpitaux publics ? Quelle politique publique mettre en place pour à la fois faire des " Vingila mvumbi" des établissements sanitaires sérieux et où l'on n' emprisonne plus des démunis ? 

On attend évaluer les idées des différents candidats à la prochaine élection présidentielle sur cette question.

Topdirect




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
1112 1537 3731 16092 493808 15