news-details
Politique

Guerre contre le M23 :" Oublions l'EAC, prenons conscience du complot international, faisons corps avec l'armée ( Pascal Kitenge)



Membre de la Société Civile,  Chercheur sur les Conflits dans la Région des Grands Lacs et Médecin de son état, Dr Pascal Kitenge a, dans une interview nous accordée, appelé le gouvernement à oublier la Force Régionale de l'EAC et imprimer une approche sécuritaire qui fait de tous les congolais des combattants.  

"Assister un ami en danger sans combattre à ses côtés, c'est une autre manière de se moquer de lui", a-t-il déclaré. avant de s'interroger :'"Quelle est cette force à priori dissuasive, mais qui n' entreprend aucune action militaire contre les groupes armés qu'elle est venue en principe combattre ?"

La frustration de la population, a-t-il indiqué, a commencé après que la force régionale a daigné organiser les cérémonies de retrait des terroristes du M23 en application de la feuille de route de Luanda.

Mais ce retrait, a-t-il ajouté,  a été dénoncé comme un leurre par les FARDC et contredit par les témoignages affirmant que les agresseurs occupent toujours les positions d'où ils étaient censés se retirer. Pire encore, la Force Régionale n'a jamais tenté faire respecter cela", a-t-il indiqué.

Pour lui, "dès le départ, il y avait une confusion sur le rôle de la force régionale, alors que le gouvernement congolais l'avait annoncée comme une force qui venait soutenir le gouvernement. D'un autre côté, notamment au niveau de la région, il semblerait que c'était plutôt une démarche régionale qui alliait diplomatie et politique, et pour laquelle l'usage de la force était un dernier recours. La colère de la population se tourne vers la force régionale et la Monusco, alors que l'ONU a toujours rappelé que la responsabilité première de maintenir la paix et la stabilité dans l'Est incombe d'abord au gouvernement congolais et que la communauté internationale ne vient qu'en appui".

Pour lui, il n'y a aucune solution et celle-ci ne doit pas être envisagée avec l'appui de la communauté internationale dont la complicité est plus que manifeste.

"La solution, elle est selon moi une, pour une paix durable. C'est la réorganisation de l'armée en continuant le recrutement, mobiliser la population derrière son armée, la neutralisation des traîtres à travers la restauration de la peine de mort, car le moratoire en cette matière n'est pas adapté à nos problèmes et améliorer les relations civilo-militaires", a-t-il déclaré.

Et de poursuivre :" Oublions cette comédie de l'EAC, rétablissons la peine de mort et appliquons- la aux traîtres. Faisons- nous un Etat violent face à la violence étrangère tout en ayant à l'esprit que nous sommes victimes d'un complot international".

Tebo Dia Mase




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
324 485 4120 17946 453072 9