news-details
Société

Embouteillages monstrueux à Matadi : Il faut près de 20 heures pour traverser la ville depuis ce samedi



Depuis le samedi 30 Septembre dernier, correspondant à la reprise des activités de grands camions, il faut au moins faire 15 heures pour traverser la ville de Pont Mpozo au pont Maréchal.

Des camions remorque stationnent ça et là. A Mvuadu, un des lieux où le vol à la tire fleurisse, des véhicules ne bougent pas. Certains conducteurs ont même abandonné leurs engins sur la chaussée, les voies étant hermétiquement fermées.

"Nous allons à Muanda. Nous sommes arrivés ici depuis hier à 15 heures. Plus de 15 heures après, nous ne sommes que sur l'arrêt Coca cola. Nous avons donc parcouru environ un kilomètre depuis hier. Nous avons passé nuit ici et nous ne comprenons pas la régulation des services de l'ordre", se confie un conducteur de Transco. 

Il faut donc presque un jour entre le pont Mpozo et le pont Maréchal.

Un élément de la PCR, avec une mine dénotant la fatigue et qui a daigné requérir l'anonymat se confie :" On a lâché sans le moindre planning tous les camions remorque avec leurs conducteurs quelque peu dérangés. Voilà qu'ils ont pourri la circulation. Nous sommes à court d'idées tant que les routes secondaires sont quasi inexistantes dans une ville aux reliefs compliqués".

Les taxis motos ont revu leur taxation à la hausse et tout se négocie au-delà de 1000 FC quelle que soit la distance.

Au Ront point Kinkanda, ce sont des éléments des FARDC qui essayent, tant soit peu, de faire passer leurs véhicules en provenance de Kitona à la grande joie de la population et usagers de cette route. 

"Le problème principal vient du Port Ledya, MGT. Ce port privé et, parait-il, illégal est le plus fréquenté. Tous les camions remorque que vous voyez là-bas y vont sans la moindre organisation. Et c'est la source première même des embouteillages ici. On doit vite réfectionner le port public et mettre fin au fonctionnement de ce port privé qui nous prive la bonne circulation ", nous relate un taximan de cette ville, interviewé au Ront point Kinkanda. 

Selon plusieurs personnes interviewées sur place, Matadi est similaire à Kinshasa. Ce sont deux villes non gouvernées. Les gens seraient dans les bruits en lieu et place de bosser.

"C'est une ville non gouvernée. Il n'y a ni gouverneur ni maire. Ce sont des gens qui sont dans les bruits comme les autorités de la ville de Kinshasa. Ici, les véhicules font presque ce qu'ils veulent et c'est bien dommage. Leurs yeux sont braqués là où il y a l'argent", note Mathy Ndinga Mbote, étudiante   s' enveloppant dans une robe ample ayant du reste caché dignement tout son avoir corporel.

Du Pont Maréchal au pont Mpozo, il faut envisager environ un jour. Terribles embouteillages, monstrueux et stressants.

Saint Yannick




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
222 855 4915 21184 525923 2