news-details
Politique

RDC : Moïse Katumbi, Matata, Sessanga , Kikuni et Diongo appellent à l'annulation des élections ( Déclaration)



Dans une déclaration conjointe faite ce samedi 23 Décembre, Moïse Katumbi et les candidats qui s'étaient désistés en sa faveur appellent à l'annulation immédiate des élections. 

Ci-dessous la déclaration conjointe de Moïse Katumbi, Augustin Matata, Delly Sessanga, Franck Diongo et Seth Kikuni.

Nous, candidats président de la République, signataires de la présente déclaration, après avoir examiné les rapports détaillés de nos centrales électorales, des missions d’observation électorale, des journalistes et de la société civile, confirmons tous les griefs formulés, dans notre déclaration du 21 décembre 2023, contre le processus de vote bâclé et frauduleux du 20 décembre dernier. Fort de ces nouveaux éléments de preuve portés à notre connaissance, nous déclarons ce qui suit :

1/ Pour garantir le succès du bourrage massif d’urnes, la CENI a déployé diverses stratégies visant à réduire la présence des témoins de l’opposition, en les empêchant d’accéder aux bureaux de vote ou en les y délogeant. Ces stratégies ont consisté également en : (i) l’ouverture tardive des bureaux et la prorogation du vote sur plusieurs jours en violation de la loi électorale ; (ii) la distribution des machines à voter aux partisans, cadres et organisations affiliées à l’union sacrée de la nation ; (iii) l’organisation du vote dans des sièges des partis politiques et dans les camps militaires ; (iv) la préconfiguration des machines avec des stocks de votes favorables au président sortant. En effet, dans beaucoup de cas, les machines n’ont pas été initialisées devant les témoins comme l’exige la loi mais plutôt à partir des antennes de la CENI ; (v) l’acceptation du vote sans carte d’électeur lisible; (vi) l’intimidation des électeurs par des militants du camp du président sortant dans plusieurs bureaux de vote à travers le pays ; (vii) l’utilisation de méthodes de bourrage traditionnelles ; (viii) d’énormes retards dans la livraison des ressources électorales pour limiter la participation au profit de la manipulation du processus de compilation des résultats ; (ix) l’utilisation sur toute l’étendue du pays des urnes non scellées.

2/ Ce système machiavélique de fraude planifié a permis à la CENI d’imprimer des PV donnant faussement le président sortant vainqueur dans les zones où il n’a en réalité obtenu aucune voix. Dès lors, la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote n’a plus aucune crédibilité. Elle devient théâtrale, le jeu ayant été faussé, les votes dépouillés et consignés sur les PV n’étant pas ceux exprimés par le peuple, et l’intégrité de l’ensemble du processus compromis de manière irréversible.

3/ Face à cette situation inacceptable, nous en appelons à l’annulation immédiate de ces élections chaotiques, entachées de fraudes massives telles que documentées par toutes les parties prenantes.

4/ Nous en appelons, en outre, à la démission immédiate du Président de la CENI, et sa mise en accusation ainsi que les autres membres du bureau, pour avoir planifié et orchestré la pire fraude électorale que notre pays n’ait jamais connue et avoir privé des millions de congolais de leur droit de vote. En conséquence, nous n’acceptons pas les simulacres des résultats qui seront issus de ce processus et des Institutions qui en découleraient, en violation de l’esprit et de la lettre de la Constitution du 18 février 2006.

5/ Nous exhortons la population congolaise à se mobiliser massivement sur l’ensemble du territoire national pour défendre son droit de vote.

Fait en République démocratique du Congo, le 23 décembre 2023.




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
350 485 4146 17972 453098 3