news-details
Politique

Tribalisme et régionalisme en RDC : Rompre l'effet du témoin en s'engageant pour une intégration intérieure ( Edito)


Au coeur de l'Afrique avec une population hospitalière, entreprenante et éprise fondamentalement de paix, la RDC regorge entre autres une sacrée richesse des tribus au sein desquelles grouillent des réalités et valeurs scientifiquement recherchées. Plus de quatre cent ans tribus forment la RDC actuelle à la grande joie de la jeunesse de ce pays éblouie par la complémentarité des valeurs et richesses culturelles et au grand désarroi des politiciens qui polluent le vivre-ensemble de cette population.

Depuis 1960, les politiciens congolais sont à la base des foyers des tensions qu'on observe ça et là pour casser le vivre-ensemble. Depuis 1960, ils peinent, quand ils sont au pouvoir, à concevoir et appliquer des politiques publiques susceptibles de renforcer le vivre-ensemble. 

Depuis 1960, le centre sociologique du pouvoir politique correspond à la trubu du Président au pouvoir. Triste. 

L'on dit par exemple du Président Mobutu à tord ou à raison avoir été l' artisan du vivre-ensemble. Mais à regarder de près ses politiques publiques, son action politique laisse à désirer et traîne un sacré sale coup politique d'être le Président ayant connu la plus grande bêtise du tribalisme qu'est l'épuration des Baluba au Katanga, sans la moindre action judiciaire.

Aujourd'hui, il est de notoriété publique qu'aucun Chef d'Etat de la RDC depuis 1960 n'a proposé des politiques publiques adaptées contre ce virus social en dehors de leurs discours creux auxquels ils n'ont jamais cru eux-mêmes. 

Pour tout empoisonner, les politiciens congolais ont imposé une Constitution qui semble avoir accéléré la méfiance entre tribus. On est parti du régionalisme au tribalisme dans les plus profonds de ses limites. Les élections législatives sont devenues le plus grand commun diviseur. Les politiciens ont fait de leurs tribus toute une affaire politique. Ce sont eux des Léviathan tribaux. Ils ont tracé des limites. Ils collent aux autres tribus des étiquettes dangereuses au gré des intérêts politiques. Dans un territoire, les politiciens s'identifient dangereusement à leurs secteurs et sous-tribus. Quolibets et autres provocations sont continuellement lancés les uns envers les autres. 

Intégration intérieure, la première solution

Plusieurs intellectuels du pays ont toujours pensé que, pour lutter efficacement contre le tribalisme, il faudrait recourir aux politiques publiques favorisant l'intégration intérieure du pays et cela passe  par les voies de communication. Il faudrait donc relier le pays par des voies routières et ferroviaires pour favoriser un flux de mouvements internes qui vont finir par supplanter les appartenances tribales.  Mariages, entrepreunariat, échanges commerciaux pour un pays constitué majoritairement des jeunes vont faire en sorte que plusieurs frontières culturelles tombent et plusieurs repaires des replis identitaires soient brisés. La complémentarité des richesses et opportunités entre région vont cimenter davantage l'esprit Nation.

Un système politique adapté, la deuxième solution

Le système politique actuel a montré ses limites et il est défavorable à la Nation. Aujourd'hui, la RDC n'a pas un seul parti politique national. Tous les partis politiques sont des repaires tribalistes et régionalistes qui assaillent le vivre-ensemble et promeuvent des antivaleurs. Il faudrait les dissoudre tous et promouvoir de nouvelles lois qui feront sortir des partis politiques sur base des idéologies et à appartenance nationale sans influence, aucune, de la tribu ou région de leurs fondateurs. Il faudrait aussi penser à un système électoral bien encadré qui ne facilite pas la " ségrégation tribale". Un pays aux urgences mérite des décisions courageuses pour sa refondation et le gouvernement et l'assemblée nationale doivent, à cet effet, mettre  en place des politiques publiques adaptées aux enjeux et défis de la République sans complaisance en lieu et place de l'effet du témoin.

L’effet du témoin (appelé aussi « effet spectateur » est un phénomène psychosocial des situations d'urgence dans lesquelles le comportement d’aide d'un sujet est inhibé par la simple présence d'autres personnes sur les lieux. La probabilité de secourir une personne en détresse est alors plus élevée lorsque l’intervenant se trouve seul que lorsqu’il se trouve en présence d’une ou de plusieurs personnes. 

Voilà pourquoi le peuple congolais devrait  faire peser sa souveraineté pour faire modifier ou faire changer la constitution en imprimant une série de nouvelles idées politiques à travers un système politique bien pensé.

Tebo Dia Mase




Vous pouvez partager cette publication

0 Commentaires

Soyez la première personne à commenter cette publication !

Laisser un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
207 855 4900 21169 525908 6